Étymologie humoristique des conducteurs valaisans : Il existe deux types de con…

2F&width=450&layout=standard&action=like&show_faces=true&share=true&height=80&appId=990953747658498" width="450" height="80" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true"> data-width="450" data-show-faces="true">
2F&width=450&layout=standard&action=like&show_faces=false&share=true&height=35&appId=990953747658498" width="450" height="35" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true">

Étymologie humoristique des conducteurs valaisans :

Il existe deux types de conducteurs valaisans: Les lents et les rapides.

Le conducteur lent préfère prendre son temps, rouler lentement histoire d’avoir un accident moins vite.
Son attitude est caractérisée par son refus de se faire doubler.
En effet, il semble jouer avec les nerfs de la personne qui la suit, et tout faire pour ne pas être dépassé.
Il est obstiné, croit qu’il conduit bien et que tout le monde devrait conduire comme lui. Particulièrement têtu, il ne se rangera jamais pour laisser passer une ou des voitures, même si 3 kilomètres de voitures patiente derrière lui.
Il est souvent imbibé d’une substance très commune en Valais dont la formule chimique brute est C2H6O, appelée éthanol par les chimistes, et alcool par la majorité des gens.

A l’inverse, le conducteur rapide conduit vite, il colle généralement au pot d’échappement jusqu’à pouvoir dépasser, parfois en prenant des risques inconsidérés.
Il préfère conduire en montée car sa voiture tient mieux la route qu’en descente, et se prend généralement pour un potentiel coureur de rallye.
Sa manière de conduire n’exclut pas qu’il soit éméché.

Source : Désencyclopédie_Valais
Pour tous les amoureux du Valais